Kevin Bacon : un acteur essentiel du Cinéma US

28/08/2017 21:12

Kevin Bacon: un acteur essentiel du Cinéma américain !

Kevin Bacon fait partie de ces acteurs américains ayant souvent incarné des rôles périphériques , tout en s’essayant au rôles lead et au registre des bads boys . Son visage est familier, son allure cool , neutre ou inquiétante. Sa filmographie éclectique . A l’instar d’acteurs comme Willem Dafoe en moins sulfureux ou d’Ed Harris en plus populaire il fait partie du paysage cinématographique made in USA !

Sa première vraie apparition marquante au Cinéma est celle d’une victime du seria killer du  « Vendredi 13 » slasher emblématique des années 80. Il a alors 22 ans. C’est 4 ans plus tard qu’il explose littéralement dans le célèbre « Footloose » succès phénomène aux USA en 1984. ( Rentabilité maximale budget de départ de 8 millions et 10 fois plus de recettes au Box Office US /80 Millions) Il y incarne un jeune de Chicago débarquant dans une petite ville de l’Amérique profonde , habité par le « démon » du rock et de la danse ! son physique singulier fait merveille et il est dirigé par un vétéran du Musical , Herbert Ross (« Funny Lady »).

Pour autant il ne va pas forcément assumer ce succès en « rôle principal » et ne croisera pas la route de grands réalisateurs (exception auparavant en 1982 avec Barry Levinson et « Diner » présent dans 2 plans dans la Bande annonce aux côtés de Steve Guttenberg et d’ un certain Mickey Rourke ) .

En 1989 Kevin Bacon incarne un serial Killer  dans « La Loi Criminelle » de Martin Campbell . Il trouve un registre de méchant qu’il va « décliner » avec des rôles marquants et marqués par une certaine ambivalence effrayante ou une présence malais-ante.

En 1991 il compose , l’espace de quelques scènes un détenu homosexuel interrogé par le procureur Garrison (Kevin Costner)dans « JFK » d’Oliver Stone.

JFK, Kevin Costner, Kevin Bacon, Jay O. Sanders, 1991. (c) Warner Bros

C’est son agent de l’époque, Paula Wagner (future coproductrice et partenaire de Tom Cruise) qui l’incite à jouer des rôles de composition malgré la minceur parfois de sa présence à l’écran.

Il enchaîne avec « A few Good men »/ « Des Hommes d’honneur » (1992) de Rob Reiner, en procureur « soft » en terme d’interprétation, cette fois ci en face de Tom Cruise,Demi Moore et Jack Nicholson .

Avec ses rôles secondaires , il s’installe durablement dans l’esprit des spectateurs. Mieux vaut côtoyer des pointures , « passer les plats » et s’enraciner durablement dans la mémoire collective que de s’investir dans des projets plus anonymes . Cela aurait pu être la philosophie carriériste de Kevin Bacon ! Mais en fait l’acteur n’hésitera pas à retourner régulièrement sur les planches et se ressourcer au théâtre ou s’investir en tant que réalisateur / acteur à la télévision !

En 1994 il incarne avec succès un évadé menaçant et au charme dangereux face à Meryl Streep dans « Wild River » / La Rivière sauvage » de Curtis Hanson (LA Confidential / 8 Miles) .

Il fait une compo remarquée dans « Meurtre à Alcatraz » (1995) incarnant un détenu ayant réellement existé , Henri Young.Il repasse au second plan dans une grosse production et complète la distribution de « Apollo 13  » (1995) de Ron Howard aux côtés de Tom Hanks, Bill Paxton et Ed Harris. Il retrouve Barry Levinson en 1996 et compose une ordure pédophile, gardien de prison détestable dans « Sleepers ».

Il reprend un registre de supporting role bien propret dans « Sexcrimes » (1998) de John Mc Naughton avec le duo Neve Campbell et denise Richards . Le film est un succès .

En 1999 David Koepp scénariste de « Jurassic Park » et « Carlito’s Way » lui offre un rôle principal dans l’efficace et méconnu « Hypnose », film fantastique malin flirtant avec l’horreur ! Le film ne remportera pas le succès escompté malgré ses qualités scénaristiques et une bonne prestation alliant coolitude et frayeur !

En 2000, avec « Hollow Man » Paul Verhoeven (« Basic Instinct/ Robocop/ Starship troopers) en fait un scientifique arrogant et charmeur , Kevin Bacon « incarne » donc furtivement mais de manière inquiétante cette nouvelle version névrosée, voyeur  et tueur de l’homme invisible ! Le film est un succès sans casser vraiment la baraque et sera le dernier film américain à ce jour du cinéaste hollandais subversif !

En 2002 il joue un psychopathe kidnappeur terrorisant Charlize Theron et sa famille dans le très moyen sur la durée « Mauvais piège » / « Trapped » de Luis Mandoki (« Pour l’amour d’une femme » / « Message in a bottle »).

Le film se plante et n’est pas franchement une réussite manquant de nuances et d’un script mieux écrit malgré un suspense froid et glaçant .  Kevin Bacon s’offre encore un rôle de méchant irrécupérable .

 

En 2003 il incarne un policier sobre et pugnace dans un des chefs d’oeuvre de Clint Eastwood « Mystic River ». son rôle est important mais périphérique , Sean Penn et Tim Robbins , dans des rôles bien plus porteurs raflent tous les deux un oscar !

 Il enchaînera avec un film indépendant (pas vu mais apparemment marquant) « The Woodsman ».

Il va former un duo « sulfureux » d’entertainers TV  « déviants », dépravés et vaniteux semblant être échappés du « Rat Pack » version « sombre » avec Colin Firth dans le très bon « When The Truth lies » / »La Vérité Nue » (2005) d’Atom Egoyan , interdit au moins de 17 ans aux USA !

En 2007 Kevin Bacon va endosser un rôle à la Charles Bronson dans « Death Sentence » , un père de famille prenant les armes pour venger la mort de son fils . Le « revenge -movie » est efficace et a de nombreux fans . Aux manettes un certain James Wan signe une réalisation nerveuse et maîtrisée. Le cinéaste de 30 ans confirmera son talent quelques années plus tard avec les deux  « The Conjuring » ! Il joue ensuite un rôle de méchant dans « Super » (2009) , apprécié des cinéphiles . (Pas Vu)

En 2011 Kevin Bacon est excellent en mutant machiavélique, charismatique, charmeur et sans pitié , Sebastian Shaw  dans « X Men Origins »/  » X Men Le Commencement » de Matthew Waughn . Son rôle n’a rien à envier à un bad guy version James Bond !

 

La même année il est aussi au générique de « Crazy Stupid Love » en guest de luxe !

« Je voulais être Kevin Kline – jouer du Shakespare et faire un gros film et que tout le monde pense que tu es génial. Je faisais autant de Off-Broadway que je pouvais. J’ai toujours refusé de partir pour L.A, parce que L.A. signifiait que je cherchais à devenir une pop star. Et tout d’un coup, j’étais devenu cette grande pop star. Je ne méritais pas ce qui m’arrivait. Ou peut-être que je n’étais pas prêt pour ça. Alors inconsciemment, je pense, j’ai commencé à saper [ma carrière] »

— Kevin Bacon, The New York Times 1994 

Kevin Bacon a alterné théâtre , musique (un groupe avec son frère),TV et Cinéma, film indés , blockbusters , participations, quelques fois rôles principaux sans vouloir devenir une star !

Une de ses dernières apparitions en agent du FBI dans « Traque à boston »  (2017) de Peter Berg était impeccable .

Kevin Bacon fait partie de la galaxie des acteurs reconnus et indispensables, avec un capital sympathie intact malgré ses rôles de salauds . … Un acteur essentiel du Cinéma américain !

Notes

Zooming a great actor Kevin Bacon "I wanted to be Kevin Kline - play Shakespare and make a big movie and everyone thinks you're great. I was doing as much off-Broadway as I could. I always refused to leave for L.A, because L.A. meant I was looking to become a pop star. And all of a sudden, I became that big pop star. I did not deserve what was happening to me. Or maybe I was not ready for that. So unconsciously, I think, I began to undermine [my career] " New York Times 1994 Actor revealed by Footloose, it combines sobriety, capital sympathy and a large panel of "villains", charming, detestable, arrogant ... A key player in American Cinema
Category: Portraits

Utilisez les tags et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>