« Désobéissance » de Sebastian Lelio avec Rachel Mc Adams , Rachel Weisz

04/07/2018 06:32

« Désobéissance » de Sebastian Lelio avec Rachel Mc Adams , Rachel Weisz , Alessandro Nivola… Sortie Cinéma le 13 juin 2018 . Vu le 02/07/2018

Ronit (Rachel Weisz) est une femme indépendante , photographe à New-York . Elle « renoue » avec la communauté juive orthodoxe de son enfance et de sa jeunesse quand elle apprend le décès de son père rabbin , le « Raw » . les liens s’étaient plus que distendus . Elle revoie sa meilleure amie de l’époque , Esti (Rachel Mc Adams) enseignante et son cousin Dovid (Alessandro Nivola), rabbin, devenu l’époux de cette dernière.

Les sentiments amoureux entre les deux femmes sont restés intacts . La flamme va se raviver naturellement, les choix seront difficiles et le libre arbitre pas si facile à trouver. Le film aurait pu s’appeler « une étrangère parmi nous  » (film de Stdeney Lumet de 1992 ayant « traité » de la communauté hassidique , juifs orthodoxes de New York ) , tellement Ronit semble s’être émancipée de « son milieu d’origine » ! 

La première partie de « Désobéissance »  est un peu longue comme si Sebatian Leilo voulait nous montrer la monotonie d’une vie codifiée , corsetée par les rites et les traditions . L’environnement est gris, hivernal et dépouillé. L’immersion se fait aussi par l’image .

 

La tonalité est un peu austère , tout comme les vêtements noirs portés par Esti et la perruque standard correspondant à la norme capillaire de la femme au foyer. Mais lorsque les deux femmes se retrouvent, peu à peu, le questionnement d’Esti ne va pas durer plus que de raison . Elle voit en Ronit une possibilité de retrouver son amour perdu de jeunesse et au final d’une vie. Son sentiment volontariste va se heurter aux obligations et au poids de son engagement vis à vis de  Dovid. Va t-elle trouver la force de changer de vie et d’assumer pleinement son unique amour pour une autre femme? La liberté est-elle si facile à prendre ?

Disons -le tout de suite  « Désobéissance » doit et vaut beaucoup , au delà de l’histoire singulière et du contexte spécifique , au magnifique duo d’actrices des « deux Rachel » ! Alessandro Nivola, méconnaissable, a des faux airs de Michael Fassbender et incarne avec justesse son rôle de « mari rigide aimant » désemparé face à l’incompréhensible. 

Rachel Mc Adams trouve ici l’un de ses meilleurs rôles en femme amoureuse, consumée par ses sentiments et déchirée face aux conventions si pesantes et à la normalité quotidienne si ennuyeuse et « carcérale ». Elle montre bien le registre de jeu dont elle est capable au delà des rôles de comédie qui l’ont consacrée . Son personnage de femme effacée et tourmentée est magistralement interprétée avec justesse et émotion.

Rachel Weisz est aussi , tout en subtilité et caractère, cette « fille prodigue égarée » affirmée et compréhensive mais souffrant aussi de son émancipation forcée l’exilant de sa communauté et de sa famille . Les deux comédiennes prêtent leur beauté et leur sensibilité aux personnages et donnent un supplément d’âme émouvant et fédérateur à leur interprétation.

Le film n’a pas comme sujet , à mes yeux, l’homosexualité  , mais montre la difficulté de vivre une histoire d’amour « féminine »  à travers le portrait subtil de ces deux femmes si différentes et pourtant fusionnelles. « Désobéissance » est empreint de nostalgie, aborde aussi la dureté du temps qui passe trop vite et la difficulté d’appréhender et de gérer les « événements de l’intime ». Le renoncement raisonné sera-t-il la seule alternative face à la force de l’Amour non conventionnel ?

A la vision de « Désobéissance » et de ses qualités on se demande  vraiment pourquoi il n’a pas été sélectionné à Cannes ou dans d’autres festivals prestigieux ! En tout cas le duo d’actrices  avec un A majuscule mérite une vision par le plus grand nombre et une exposition plus forte malgré une distribution « parcimonieuse » et en catimini estivale du film.

 

An intimate portrait of a thwarted love story !

Scénario
Réalisation
Interprétation
Musique
Ronit (Rachel Weisz) is an independent woman, photographer in New York. She "reconnects" with the orthodox Jewish community of her childhood and youth when she learns of the death of her rabbi father, the "Raw". the links were more than distended. She sees her best friend at the time, Esti (Rachel Mc Adams) teacher and her cousin Dovid (Alessandro Nivola), rabbi, become the husband of the latter. The first part of "Disobedience" is a little long as if Sebatian Leilo wanted to show us the monotony of a codified life, corseted by rituals and traditions. The environment is gray, wintry and bare. Immersion is also done by the image. The tone is a bit austere, as are the black clothes worn by Esti and the standard wig corresponding to the capillary standard of the housewife. But when the two women find themselves, little by little, the questioning of Esti will not last more than reason. She sees in Ronit a chance to find her lost love of youth and ultimately a life. His voluntarist feeling will come up against the obligations and the weight of his commitment to Dovid. Will she find the strength to change her life and fully assume her only love for another woman? Is freedom so easy to take? Rachel Mc Adams finds here one of her best roles as a woman in love, consumed by her feelings and torn by the conventions so heavy and daily normality so boring and "prison". It shows the game register that she is capable of beyond the comedy roles that have dedicated her. Her erased and tormented woman character is masterfully interpreted with precision and emotion. Rachel Weisz is also, subtle and character, this "misguided prodigal daughter" assertive and understanding but also suffering from his forced emancipation exiling him from his community and his family. The two actresses lend their beauty and their sensitivity to the characters and give a touching and unifying soul to their interpretation. Mus See for the "two Rachel" !
Two actresses at the top !
Category: Avis Cinefeel

Utilisez les tags et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>